Alstom-Siemens ou les ambiguités du débat sur la politique industrielle européenne

La Commission a annoncé mercredi 6 février son opposition à la fusion d’Alstom et des activités ferroviaires de Siemens, provoquant des protestations à Paris comme à Berlin. Les deux entreprises cherchaient à se prémunir contre l’expansion du géant chinois CRRC. À quelques mois des élections européennes, l’occasion est bonne pour Emmanuel Macron pour faire progresser ses idées de politique industrielle européenne. Mais s’agit-il du bon cheval de bataille . . .

Cet article est réservé aux abonnés. Veuillez créer un compte pour accéder à l'intégralité du site et recevoir notre newsletter.