La « relation spéciale » à l’épreuve de Trump et du Brexit

La visite de Trump au Royaume Uni, prévue pour le 13 juillet, est vue par certains partisans du Brexit comme la démonstration de la force de la «relation spéciale» entre les deux pays. Mais est-ce vraiment le cas ? Avec le désengagement des États Unis de l’Europe et son approche unilatérale, Londres semble en fait plus proche de ses alliés européens . . .

Cet article est réservé aux abonnés. Veuillez créer un compte pour accéder à l'intégralité du site et recevoir notre newsletter.