Macédoine : un accord mort-né sur le changement de nom ?

Refroidi par l’échec relatif du référendum du 30 septembre, le gouvernement au pouvoir à Skopje joue le tout pour le tout pour arracher une révision constitutionnelle au Parlement macédonien et modifier le nom du pays. En effet, la Grèce refuse de qualifier son voisin septentrional de “Macédoine”, et bloque ainsi l’intégration européenne de cette dernière. Si l’”ancienne république yougoslave de Macédoine” venait à échouer à modifier sa Constitution et donc à changer de nom, le pays serait exposé à de nouvelles vulnérabilités . . .

Cet article est réservé aux abonnés. Veuillez créer un compte pour accéder à l'intégralité du site et recevoir notre newsletter.